Anglais @ Créteil

The other side of the coin

19 / 09 / 2010 | Claire NEVOT
 
 
Intitulé du projet
 
 
The other side of the coin
 
Auteur
 
 
Claire Névot
 
Présentation sommaire
 
 
Il s’agit d’un projet interdisciplinaire dans lequel la langue anglaise est la langue outil, langue d’échange. Ce projet crée un réel besoin de communication et de surcroît place les élèves en situation de communication authentique.
 
 
Public visé
 
 
Des collégiens de tout âge : le projet est transposable et modifiable en fonction du niveau des élèves.
Le travail a été réalisé avec des Collégiens, en classe de 3ème dans un collège ambition réussite.
 
 
Niveau CECRL
 
 
A2-B1, mais tout dépend des objectifs fixés par l’enseignant.
 
 
Activités langagières
 
 
Ce projet permet de travailler toutes les compétences langagières grâce aux différentes activités mises en place.
-Production écrite : à travers la rédaction des mails, la participation au blog, la préparation du diaporama (qui se fait à l’écrit, sur papier)
-Production orale et production orale en continu : à travers les visioconférences pendant lesquels les élèves sont amenés à s’exprimer.
-Production orale en interaction : lors des échanges avec les jeunes Maltais.
Favoriser la validation des compétences du C.E.C.R.L
 
En intégrant la démarche actionnelle et en permettant à chacun un parcours d’apprentissage plus individuel. De plus, on valorise les connaissances de l’élève.
Cela permet de gérer l’hétérogénéité en attribuant une tâche à chaque élève en fonction de son niveau de compétence.
Ici, il s’agit essentiellement des compétences Niveau A2 ou B1
Ces activités permettent de valider des compétences tant à l’oral qu’à l’écrit en production ou en compréhension. A travers ce type d’échange, les élèves peuvent travailler les 5 compétences.
Quelques exemples de compétences que l’on peut valider lors de ce projet :
Compétences « parler avec quelqu’un » :
Ø A2 : Je peux poser des questions simples, répondre et échanger des idées simples sur des sujets familiers.
Ø A2 : Je peux demander et donner des informations simples sur des sujets tels que le travail ou les loisirs.
Ø A2 : Je peux dire de façon simple ce que je pense de quelque chose, ce que j’aime ou ce que je n’aime pas.
Compétences « Écouter et comprendre » :
Ø A2  : Si on me raconte une histoire simple au sujet de gens que je connais, je peux saisir le sens général.
Ø A2  : Dans une histoire simple, je peux reconnaître si on parle de faits présents, passés ou futurs.
Ø A2 : Je peux comprendre des expressions et un vocabulaire très fréquent relatifs à ce qui me concerne de très près (par ex. moi-même, ma famille, les achats, l’environnement proche, le travail).
Ø B1 : Je peux comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et s’il s’agit de sujets familiers concernant le travail, l’école, les loisirs, etc.
Compétences « Parler avec quelqu’un : mes astuces :
Ø A2 : Si j’utilise un mot dont je ne suis pas sûr du sens, je peux faire des gestes pour clarifier ce que je dis.
Ø A2 : Je peux indiquer que je ne comprends pas ce qu’on me dit et demander de répéter ou de m’expliquer un mot.
Compétences « S’exprimer en continu à l’oral » :
Ø A2 : Je peux décrire quelque chose, des lieux, une expérience scolaire ou un événement.
Ø A2 : Je peux décrire ma famille, l’endroit où j’habite, où je vais en vacances.
Ø A2 : Je peux expliquer en quoi une chose me plaît ou me déplaît.
Ø A1 : Je peux utiliser une série de phrases ou d’expressions pour décrire mon environnement.
Ø B1 : Je peux articuler des expressions de manière simple afin de raconter des expériences et des événements qui me concernent.
Ø B1 :  Je peux argumenter mes opinions ou projets.
 
Compétences « Écrire » :
Ø A1 : Je peux lire des textes courts très simples.
Ø A2 : Je peux, dans une petite lettre personnelle, décrire ma famille, l’endroit où je suis et ce que fais.
Ø A2 : Je peux reproduire à l’écrit des phrases que je connais à l’oral ou m’inspirer de l’oral pour construire des phrases à l’écrit.
Ø A2 : Je peux raconter ce qui m’est arrivé dans un passé proche ou lointain.
Ø A2 : Je peux relier mes phrases avec des mots tels que "parce que ", "d’abord", "ensuite", "enfin".
Ø A2 : Je peux, en me relisant plusieurs fois, repérer, corriger ou supprimer mes erreurs.
Ø  B1 : Je peux comprendre des textes rédigés essentiellement dans une langue courante ou relative à mon travail. Je peux comprendre la description d’événements, l’expression de sentiments et de souhaits dans des lettres personnelles.
Ø B1 : Je peux faire face à la majorité des situations que l’on peut rencontrer au cours d’un voyage dans une région où la langue est parlée. Je peux prendre part sans préparation à une conversation sur des sujets familiers ou d’intérêt personnel ou qui concernent la vie quotidienne (par exemple famille, loisirs, travail, voyage et actualité).
Ø A1 : Je peux écrire des notes et messages simples et courts.
Je peux écrire une lettre personnelle très simple, par exemple de remerciements.
Ø B1 : Je peux écrire un texte simple et cohérent sur des sujets familiers ou qui m’intéressent personnellement. Je peux écrire des lettres personnelles pour décrire expériences et impressions.
 
Compétences « Lire et comprendre » :
Ø A2 : Je peux comprendre une lettre personnelle simple et courte.
Ø A2 : Je reconnais si un article de presse traite d’un sujet politique, culturel, ou économique, d’un fait divers, de la météo…
Compétences « Lire et comprendre : mes astuces » :
Ø J A2 : e peux utiliser le sens général d’un texte pour deviner le sens probable de mots inconnus.
 
La liste n’est bien sûr pas exhaustive. Elle dépendra des objectifs fixés par l’enseignant.
 
 
Compétences B2i
 
Domaine 1 : S’approprier un environnement informatique de travail
 
 
1.1 : Je sais m’identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification.
1.2 : Je sais accéder aux logiciels et aux documents
disponibles à partir de mon espace de travail.
1.3 : Je sais organiser mes espaces de stockage.
 
Domaine 2 - Adopter une attitude responsable
2.1 : Je connais les droits et devoirs indiqués dans la charte d’usage des TIC et la procédure d’alerte de mon établissement.
2.2 : Je protège ma vie privée en ne donnant sur internet des renseignements me concernant qu’avec l’accord de mon responsable légal.
 
Domaine 5 : Communiquer, échanger
 
Ø C.5.2 : Je sais ouvrir et enregistrer un fichier joint à un message ou à une publication
Ø C.5.3 : Je sais envoyer ou publier un message avec un fichier joint
Ø L.5.1 : Je sais paramétrer un logiciel de messagerie pour récupérer mon courrier électronique.
 
 
Equipements / logiciels nécessaires
 
Pour réaliser ces activités il vous faut :
ü Une web Cam et un vidéoprojecteur (pour les visioconférences)
ü Au moins un ordinateur (pour les visioconférences) et d’autres ordinateurs si vous voulez mettre en place les autres activités.
ü Des logiciels de bureautique (traitement de texte, logiciel de retouches d’images..)
ü Un logiciel de PRÉAO (je préconise « photo récit », logiciel gratuit et très simple d’utilisation)
ü Utilisation de la plateforme etwinning (http://www.etwinning.fr/)
ü Un logiciel de discussion instantanée (je préconise « skype », logiciel gratuit, simple d’utilisation)
 
 
Mise en œuvre
 
La plateforme « etwinning » comme support du projet :
La plateforme « etwinning » permet de créer un espace commun de travail, appelé « twinspace » que vous pouvez protéger ou publier sur internet (à n’importe quel moment).
Ceci représente un avantage non négligeable, puisque cela permet de filtrer les propos des élèves, de protéger les images… Seules les personnes que vous inscrivez ont accès à votre travail.
Si vous décidez de ne pas le publier en ligne sur internet, cela vous permet de vous affranchir des droits, puisque c’est un accès réservé.
Vous êtes administrateur et avez droit de regard sur tout : travaux des élèves…
Vous avez un espace dans lequel vous pouvez échanger avec votre partenaire, sans que les élèves y aient accès.
Vous avez à votre disposition plusieurs applications. A vous de choisir les mieux appropriées à votre projet et surtout ce que vous voulez mettre en place :
  Blogs
  Dépôt de documents (de travail ou définitifs) Ceci peut donc servir d’espace d’échange entre élèves et enseignants des deux pays.
  Chat
La seule contrainte étant d’avoir un partenaire.
« Etwinning » est un des sites qui permettent de rechercher des partenaires. C’est un site fiable et officiel. Vous déposez votre annonce avec une ébauche de projet ou avec des types d’activités que vous aimeriez réaliser avec un ou plusieurs partenaires. L’agence nationale valide votre projet (c’est quasiment automatique) et votre projet est mis en ligne.
Les inscrits peuvent ainsi vous contacter. Libre à vous de leur écrire également.
Plus vous solliciterez de personnes, plus vous aurez de chances de trouver un partenaire.
Petit conseil : débuter et avancer dans le projet avec plusieurs personnes à la fois, car bien souvent, en cours de route, certaines personnes ne donnent plus de nouvelles. Pour assurer votre projet, je vous conseille donc de créer et de maintenir un contact avec plusieurs personnes (et au besoin si toutes ces personnes se révèlent être des partenaires fiables, faire un simple échange de mails).
Activité 1 : Échanges par mails
Lors de ce projet, le premier contact s’est effectué par mail. Les élèves devaient se présenter, présenter leur famille, leur école, parler de leurs matières préférées, de leur vie quotidienne, de leurs habitudes, de leur loisirs. Ils pouvaient également ajouter des choses selon leur choix : parler de leur week-end, de musique..
Ces mails ont un caractère obligatoire et viennent ponctuer, tout au long de l’année les apprentissages de l’élève en lien avec la progression pédagogique. Ils font l’objet d’une évaluation par le professeur et peut servir de tâche finale pour une séquence. Les élèves envoient leur mail à leur correspondant ainsi qu’à son professeur en cci. Ceci permet à l’enseignant de vérifier que l’envoi a bien eu lieu.
De plus, il reste une trace, ce qui fait qu’en cas de problème, l’enseignant peut renvoyer le mail à ses élèves et/ou au correspondant en cas d’erreur de messagerie ou d’adresse mail.
Cela arrive avec les élèves les moins expérimentés.
Les échanges se font en fonction d’un échéancier établi conjointement avec le partenaire.
Les élèves sont libres de communiquer avec leurs correspondants tout au long de l’année, en plus de ces mails obligatoires.
On remarque d’ailleurs que cette forme de communication, proche de la réalité des élèves, les encourage à communiquer. Ils prennent rapidement l’habitude de correspondre soit par chat, soit par mail et restent en contact avec leur correspondant de manière régulière, sans aucun contrôle du professeur.
L’enseignant peut fixer des objectifs différents pour les élèves afin de faire une progression individualisée en fonction des compétences du C.E.C.R.L et du socle commun.
L’usage des T.IC.E favorise et facilite la mise en place de la pédagogie différenciée.
 
Activité 2 : Visioconférences
Les visioconférences viennent ponctuer le projet tout au long de l’année. Ce sont des temps forts qui permettent de raviver la motivation, le dynamisme des élèves. Il s’agit d’un moment d’échanges important entre les élèves des deux pays. Cela les rapproche et les met devant leurs responsabilités et devant leurs obligations d’être rigoureux dans leur travail, car les autres élèves « attendent » des informations de leur part.
Lors des visioconférences, les élèves sont placés en situation réelle de rencontre directe, même s’il s’agit d’une prise de contact par webcam.
Les élèves se placent par binôme pour communiquer avec leurs correspondants en binôme également (choix effectué par les deux enseignants).
Cela rassure les élèves : ils ne sont pas seuls devant la web cam.
Les autres élèves sont en retrait, mais suivent la conversation. Ils sont là pour aider ceux qui se trouvent sur le devant de la scène, pour les aider à s’exprimer ou à comprendre les autres élèves.
Ils sont également chargés de se préparer à passer et de prendre des notes sur tout ce qui se dit.
Les élèves sont concentrés et leur attention est focalisée grâce à l’utilisation du vidéoprojecteur. Ainsi, tout le monde voit ce qui se passe.
Lors de ce projet, il y a eu 4 visioconférences dans l’année.
1ère visioconférence
Les élèves sont amenés à prendre la parole en continu en se présentant à l’oral, donnant des informations sur leur âge, leur famille, leurs goûts, leurs passe-temps.
Les élèves échangent également quelques questions de manière spontané.
Dans un 2ème temps, ils présentent leur école et le système scolaire : les enseignants ont attribué une tâche bien définie à chaque élève.
Le bilan a fait l’objet d’une production orale en cours, sur le système scolaire à Malte et d’une comparaison entre les deux systèmes.
Les élèves ont pu également exprimer leur opinion et dire ce qu’ils préféraient et de justifier leur choix.
En amont : La préparation en classe est très succincte afin de conserver le naturel et l’authenticité des échanges. Cela permet également aux élèves de faire le point sur leur apprentissage et de constater ce qui
Le timing a été vérifié en classe et une inter-correction a eu lieu entre élèves. Mais lors des échanges, les élèves n’ont sous les yeux que des mots clés, voire aucun document. 
 
Pour certains élèves en grande difficulté, ils sont autorisés à se servir d’un support papier avec quelques phrases. Cela leur permet de prendre confiance en eux. On constate d’ailleurs des progrès et un changement d’attitude lors du retour en classe. Ils sont de nouveau prêts à faire des efforts et à se mettre au travail.
2ème visioconférence :
Le principe, l’organisation sont les mêmes à chaque visioconférence. Seuls les thèmes changent.
Ils doivent raconter leurs vacances passées, dire ce qu’ils ont fait. Ils doivent également parler des fêtes de fin d’année, comment ils les ont célébrées ou pas et pourquoi (la visioconférence s’est déroulée à la rentrée de janvier)
Ils doivent mentionner un souvenir important pour eux dans leur enfance et dire pourquoi cet évènement les a marqué. Ils s’expriment librement.
Dans un 2ème temps, ils présentent le pays sur lequel ils vont travailler pour le projet sur la monnaie.
En amont : Les élèves ont préparé s’ils le souhaitaient leur intervention orale, mais cette fois sans aucune correction. Ils ont choisi le ou les pays sur lesquels ils doivent travailler.
3ème visioconférence :
Le principe, l’organisation sont les mêmes à chaque visioconférence. Seuls les thèmes changent.
Les élèves s’expriment librement : conversation spontanée sur tous les thèmes qu’ils veulent.
Dans un 2ème temps, ils se posent des questions sur leurs travaux respectifs (diaporamas) afin d’acquérir davantage d’informations ou et/ou de clarifier certains points.
En amont : Les élèves ont réalisé un diaporama informatif sur le pays sur lequel ils travaillent : l’ancienne monnaie avant l’euro, le passage à l’euro et l’identité individuelle du pays à travers les pièces de monnaie et billets après le passage à l’euro.
4ème visioconférence :
La dernière visioconférence a fait l’objet d’échanges et de jeux communs.
Les élèves se sont exprimés librement, une nouvelle fois. Ils devaient poser des questions afin de savoir qui est qui dans les 2 classes.
La moitié de la classe devait également décrire quelqu’un physiquement à l’autre classe et les élèves devaient trouver de qui il s’agissait.
Un élève a chanté à la demande des correspondants.
 
Dans un 2ème temps, il y a eu présentation des travaux des élèves : des dessins représentant le billet ou la pièce européenne idéale selon eux ou représentant la signification de l’argent dans le monde.
 
Une élection en directe s’est tenue et les élèves ont élu les meilleurs dessins.
 
Dans un 3ème temps, les élèves des 2 classes ont chanté joyeux anniversaire, en l’honneur des 5 ans de la création de la plateforme et ce dans plusieurs langues et parfois simultanément avec la classe de Malte.
 
Le travail en dehors des visioconférences
 
Activité 3 : Recherche d’informations
Dans un premier temps, les élèves ont choisi le ou les pays sur lesquels ils voulaient travailler.
Puis, les élèves ont dû effectuer des recherches sur internet. Au préalable, l’enseignant donne des conseils méthodologiques. Ces recherches peuvent s’effectuer en français ou en anglais au choix pour l’élève. Cependant, il doit trier et sélectionner l’information. L’important est qu’il respecte la consigne : s’approprier les informations et les reformuler de manière personnelle en anglais.
Ils doivent également collecter des images illustrant leur sujet.
Ceci peut se dérouler sur une, deux, voire trois séances. Si l’élève n’a pas terminé ses recherches, il les terminera à la maison ou au cdi, lors de son temps libre.
Les recherches s’effectuent principalement grâce à un moteur de recherche, mais également au CDI sur support papier.
Ce travail permet de travailler en équipe de manière concertée et favorise l’entre-aide.
Tout au long de l’avancement des travaux, les élèves envoient leur travail par mail à l’enseignant qui donne son avis, souligne les erreurs (m’émève a pour mission de s’auto-corriger et de renvoyer le travail là l’enseignant. Si l’élève ne parvient pas à corriger ses erreurs, cela fera l’objet d’une remédiation en face à face afin que l’élève parvienne, grâce à une réflexion et guidé par l’enseignant, à se corriger. L’enseignant réajuste également pour indiquer si les recherches vont dans le bon sens, si c’est assez concis, si l’élève a fait du copier-coller (astuce : très facile à vérifier par l’enseignant : si vous avez un doute, copier une phrase, une partie de paragraphe et coller dans un moteur de recherche. Si l’élève a copié, vous verrez son texte en gras apparaître dans les premiers résultats. Ceci ne prend que quelques minutes et cela est vraiment pratique. De plus lorsque vous l’avez fait une fois, les élvèes ne s’amusent plus à le faire, car ils savent que vous pouvez le contrôler).
Activité 4 : Réalisation d’un diaporama sur un pays européen utilisant l’euro ou pas ou sur un pays hors de l’Europe utilisant l’euro pour des raisons économiques
Grâce aux informations collectées, l’élève doit réaliser un diaporama avec enregistrement audio.
La prise en main du logiciel (« Photo récit », téléchargeable facilement et gratuitement, ce qui permettra aux élèves de l’installer chez eux également) prend 15 minutes environ pour les moins expérimentés. Cela peut ne prendre que quelques minutes.
Les élèves ont 2 séances pour le réaliser. Bien entendu, cela prend davantage de temps. Les élèves devront terminer le travail chez eux.
Lors de la première séance, sur support papier, ils élaborent un scénario et organisent leur narration. Puis, ils organisent leurs images, mettent un titre sur chaque diapositive.
Lors de la 2ème séance, ils enregistrent leur présentation orale correspondant à chaque diapositive. Ils peuvent s’ils le veulent, ajouter une musique de fond (intégrée au logiciel et libre de droit).
Ce travail met l’élève en situation de prise de parole en continu afin de présenter une monnaie et les représentations au dos des pièves de monnaie et sur les billets.
Les élèves s’enregistrent autant de fois qu’ils veulent. Travail sur la phonologie et l’intonation : ils s’écoutent et peuvent évaluer la qualité de leur présentation et constater si elle est assez « vivante » ou non.
On s’aperçoit d’ailleurs que les élèves deviennent perfectionnistes et souhaitent souvent recommencer afin d’améliorer la qualité de leur intervention orale.
On peut faire un travail sur la phonologie à cette occasion et leur en rappeler l’importance pour être compris (ce même travail se fait également lors des visioconférence. Les élèves font alors de réels efforts. On peut même en jouer en cours, lorsque leur prononciation n’est pas tout à fait correcte. Les élèves acceptent d’autant plus les corrections venant de leurs camarades).
Ce diaporama fera l’objet d’une évaluation, tant au niveau de la qualité de présentation, qu’au niveau de la correction de la langue, de l’efficacité du message et de la phonologie.
Les diaporamas sont mis en ligne sur la plateforme « etwinning » et peuvent être consultés par les élèves des deux classes ainsi que par les enseignants et parents. Cela permet de valoriser le travail des élèves.
Activité 5 : Le blog comme support de communication et d’échanges
La mise en place d’un blog, avec des thèmes en lien avec le projet permettent aux élèves de s’exprimer librement. Ils donnent leur avis, émettent des idées ou simplement communiquent avec les autres élèves. Ils peuvent mettre des photos personnelles, ce qu’ils apprécient tout particulièrement.
Le blog permet de mettre à disposition des élèves des documents pour nourrir leur réflexion, les inspirer. Il permet également que les documents multimédia réalisés par les élèves soient facilement accessibles pour les élèves comme pour les parents, et ce dans les deux pays.
Des photos prises par les élèves pendant le déroulement des séances de travail et d’échanges par visioconférence ont été mises en ligne. Il est bien évident que l’autorisation parentale est indispensable et a été demandée pour la publication d’images, de la voix ainsi que des documents, puique le « twinspace » a été publié sur internet.
Le blog permet également de mettre en valeur le travail des élèves qui sont s’autant plus valorisés. Leurs parents peuvent consulter le blog, vérifier les informations communiquées.
En amont : Une séance a été nécessaire pour les amener à se rendre régulièrement sur le blog.
En effet, dans un 1er temps, les élèves avaient leur identifiant et mot de passe, mais n’y allaient pas naturellement.
L’inconnu, la peur de ne pas savoir faire ou de ne pas savoir quoi dire… selon les élèves.
Je leur ai donc montré comment se connecter, comment inscrire un commentaire. Puis pendant la séance, ils devaient commenter au moins 2 thèmes du blog.
 
Par la suite, les élèves y sont allés régulièrement, sans que j’ai besoin de leur rappeler. De temps à autre, je les encourageais tout de même à s’y rendre régulièrement.
Activité 6 : Compréhension et analyse des travaux de s correspondants Maltais
Un ou deux diaporamas sont étudiés en classe, comme support de compréhension écrite ou orale suivant les productions des élèves de Malte.
Puis, les élèves doivent se rendre sur le blog, en autonomie, regarder, écouter et comprendre le diaporama de leur correspondant. Ils doivent également préparer un résumé de ce qui est dit, des questions sur ce thème, sur des points qui resteraient obscurs, à poser à leur correspondant lors de la 2ème visio-conférence.
Activité 7 : Après les visioconférences
Lors de chaque visioconférence, les élèves prennent des notes. Après chaque visioconférence, les élèves restituent les informations en classe lors des prochaines séances de cours
 
A noter : Vous pouvez retrouver le projet et les productions des élèves à l’adresse suivante :
 
 
Plus-value TICE
 
 
Impact sur la motivation des élèves
Utiliser la visioconférence de manière ponctuelle mais régulière permet de dynamiser le cours et de faire prendre conscience aux élèves de l’utilité de leurs apprentissages en cours de langue. Le projet sera une sorte de fil rouge tout au long de l’année et les séances en salle d’informatique et visioconférence viendront ponctuer l’enseignement réalisé dans une salle de classe « banale ».
Dans le cadre d’une classe de 3ème, ce qui semble le plus approprié, est de baser le travail sur un projet culturel. Il faut que les partenaires trouvent un intérêt commun afin de pouvoir échanger à long terme. Pour organiser ce type de projet, il faut de la rigueur : afin de se tenir à un échéancier précis, préparer les séances de visioconférence et tout simplement parce que cela implique des êtres humains.
Ce projet motive énormément les élèves. Il place les élèves en situation authentique de communication et donne un sens différent à leur apprentissage.
Il y a un impact réel sur l’implication des élèves en classe : la qualité et la fréquence de la participation orale.
On note également, un retour en cours des élèves très absentéistes. Ceci à court terme, mais les visioconférences redonnent chaque fois un nouveau départ. Bien évidemment, cela ne résout pas tous les problèmes.
La relation entre les élèves et l’enseignant change et on remarque une plus grande confiance et l’amélioration qualitative de cette relation.
Les élèves et l’enseignant sont « au même niveau » : ils doivent remplir une mission commune.
Impact sur les apprentissages
On remarque que les élèves en très grande difficulté produisent davantage lorsqu’il s’agit de communication réelle. Ils fournissent davantage d’efforts. Ils reprennent confiance en eux, constatent qu’ils sont capables de communiquer même s’ils ont peu de connaissances.
Il ya un impact réel sur leur travail en classe et leur attitude face au travail. Cela leur permet de prendre confiance en eux et donc d’oser davantage prendre la parole en cours.
 On constate d’ailleurs des progrès et un changement d’attitude lors du retour en classe. Ils sont davantage prêts à faire des efforts et à se mettre au travail.
On note également des progrès et une attention accrue en ce qui concerne la phonologie, puisque les élèves ont pris conscience que pour être compris, il ne s’agit pas seulement de pouvoir faire des phrases.
La phonologie prend alors la forme d’un jeu.
 
Les diaporamas sont mis en ligne sur la plateforme « etwinning » et peuvent être consultés par les élèves des deux classes ainsi que par les enseignants et parents. Cela permet de valoriser le travail des élèves.
Le fait que leur travaux, leurs interventions soient mis en ligne les valorisent énormément.
De plus, ils peuvent prétendre à un concours sur « Etwinning », ce qui ajoute un challenge.
 
 
Notes / commentaires
 
Pensez à vérifier que votre webcam et le logiciel de communication instantanée est installée avant de démarrer la visioconférence.
De manière générale, pensez à vérifier le matériel avant les séances de travail.
Les élèves se feront un plaisir de venir en aide à l’enseignant : ceci les valorise également et change la relation enseignant/élève. C’est un échange de connaissance et de savoir-faire intéressant.