Anglais @ Créteil

L’utilisation des iPods en classe

24 / 02 / 2010 | Claire NEVOT

Mise à disposition du matériel

Pour que l’expérimentation fonctionne bien, il faut que les ipods soient entièrement à la disposition des élèves. Cela permet un plus grand choix et plus de possibilités pour les activités pédagogiques.

De plus, cela évite des manipulations de matériel (dans le cas contraire : perte de temps pour la distribution et la restitution du matériel). Les fichiers sons/vidéos peuvent être transmis aux élèves par mail ce qui représente un gain de temps.

 

Ressources

Il est vrai que dans un premier temps, cela demande un certain investissement. Mais il faut savoir s’investir afin de gagner du temps par la suite. Il faut se constituer une banque de données, assez vaste, diverse et durable dans le temps.

Les ressources gratuites sont très nombreuses sur Internet et la variété immense.

 

Intérêt de l’outil

L’ipod est un objet à la mode chez les jeunes. Au départ de son utilisation en tant qu’outil pédagogique, on pourrait douter de l’efficacité d’un tel outil ou encore penser qu’il s’agit plus d’un gadget que d’un outil pédagogique. Il est vrai que certaines activités peuvent être mises en place grâce à un lecteur mp3 simple, mais l’intérêt majeur de l’ipod est qu’il inclut la vidéo. Pourtant, l’utilisation de ipods en classe est un atout dans l’enseignement des langues aujourd’hui et ce pour diverses raisons. Il faut rappeler que tout dépend de ce que l’enseignant veut mettre en place et des objectifs qu’il se fixe.

Pour l’enseignant, cela permet :

  • de varier les outils utilisés et de travailler différemment,
  • de varier les supports,
  • un gain de temps,
  • d’augmenter le temps de parole de l’élève,
  • de favoriser l’augmentation du temps d’exposition à la langue.

Pour l’élève, cela permet :

  • de travailler avec un outil avec lequel il est déjà familiarisé,
  • de travailler avec un outil qui est au cœur de la société informationnelle dans laquelle il vit.

Le support visuel est très utile à la compréhension : il permet à l’élève de :

  • se repérer plus facilement,
  • de comprendre certaines choses sans avoir besoin de compétences linguistiques,
  • de déduire/imaginer/émettre des hypothèses à partir de ce qu’il voit.

Cela représente un atout non négligeable, en particulier pour les élèves en grandes difficultés. Ils peuvent imaginer des choses et le support rend le cours plus attrayant. Cela ne suffit pas à rendre l’élève actif et à améliorer l’apprentissage des élèves, mais cela y contribue beaucoup.

La motivation des élèves, est une chose à ne pas perdre de vue : cela permet un apprentissage plus soutenu, plus volontaire rendant l’élève davantage acteur de sa formation.

Pour les élèves avancés, cela permet de lutter contre la morosité, l’ennui et la routine.

En effet, le fait d’utiliser des vidéos permet de dynamiser le cours de langue.

Cela permet de créer plus aisément et plus facilement des situations de communication concrète, réelle et qui ont un sens pour l’élève.

L’expérimentation s’est déroulée dans une classe de 3ème principalement ainsi que dans 2 autres classes de 3ème.

Lors de l’utilisation en classe, on a pu constater un regain d’attention et d’effort à la compréhension des documents. Les élèves en grande difficulté, qui ont tendance à se disperser et dont l’attention varie, sont réellement en activité. Ils s’efforcent de comprendre certaines choses et sont capables de fournir à leurs camarades certaines informations sur les documents qu’ils ont visionnés.

En effet, l’individualisation de la tâche à accomplir rend l’élève plus responsable encore que lors d’un cours avec une source unique qui sert à toute la classe. Il se sent directement concerné. De plus l’apprentissage lui paraît plus ludique : écran auquel il est habitué, le mouvement, l’interactivité. L’apprentissage lui paraît plus proche de lui parce qu’utilisant des outils de la vie quotidienne.

Il se crée alors une sorte de compétition (challenge) qui sera remportée par l’élève ayant glané le plus d’informations possibles.

L’élève comprend très bien le fait d’avoir des supports divers d’aide à la compréhension lorsqu’il s’agit du même document. Il ne se sent pas lésé, ni invalidé. Il sait que grâce à cela, il lui sera plus facile de comprendre des choses.

Il est possible, d’utiliser différents documents en fonction du niveau des élèves. Cela représente un challenge, un échange d’informations, un questionnement entre élèves et une synthèse des documents. L’enseignant aide à la réalisation de la synthèse. Il guide les élèves. Cela nécessite un rythme soutenu et un contrôle rigoureux du temps.

Lors de l’utilisation des ipods à la maison, on s’aperçoit que les élèves écoutent les supports mis à disposition de manière volontaire et plus fréquente qu’on aurait pu le penser. Plus d’élèves font leur travail.

Un inconvénient tout de même, l’effet nouveauté de l’outil ne dure qu’un temps. Lorsque l’élève s’y habitue, cela redevient un outil banal, auquel on est habitué. Aussi, il est important d’utiliser les ipods de manière régulière mais espacé dans le temps afin que l’élève ne considère pas cet outil comme un dû.

➢ Favoriser l’expression orale en continu et en interaction en classe

➢ Favoriser l’expression orale en continu et en interaction à la maison

➢ Favoriser l’amélioration de la phonologie

➢ Favoriser la validation de certaines compétences du B2i

➢ Favoriser l’exposition à la langue

➢ Favoriser le travail en séquence avec la démarche actionnelle