Anglais @ Créteil

La visioconférence en cours de langue

24 / 02 / 2010 | Claire NEVOT
La visioconférence est un terme qui signifie communication en temps réel par webcam. Elle est un réel atout pour l’enseignant de langue vivante. En effet, cela permet de placer les élèves en situation réelle de communication, au cœur d’échanges authentiques en temps réel en utilisant les TICE comme outil support.

Il s’agit pour l’enseignant de

  • Favoriser l’utilisation des TICE et ainsi valider des items du B2i
  • Favoriser la validation des compétences du C.E.C.R.L (Cadre Européen de Référence pour les Langues, mis en place depuis quelques années dans l’enseignement des langues vivantes au sein de l’Europe afin d’harmoniser les niveaux)
  • Favoriser l’autonomie des élèves

La visioconférence présente beaucoup d’avantages au niveau pédagogique. Elle permet de favoriser l’ouverture sur le monde et les échanges culturels, de développer la citoyenneté, de favoriser l’interactivité et enfin de réaliser un contact concret et ainsi rendre plus attractif l’apprentissage de la langue.

Cela peut être une alternative à la gestion de l’hétérogénéité : en donnant des tâches différentes selon les niveaux des élèves.

LE PLUS DIFFICILE…..TROUVER UN PARTENAIRE

Il existe beaucoup de sites gratuits sur Internet qui permettent de trouver des partenaires. Celui qui semble le plus adapter est eTwinning, un site européen dédié à cet usage. En effet, eTwinning est une opération de jumelage électronique entre établissements scolaires européens des premier et second degrés.

UN LOGICIEL PARMI D’AUTRES

Skype semble un logiciel adapté pour ce genre d’activité. Mais on peut également utiliser des logiciels de chat tels que MSN, Yahoo…

MATERIEL NECESSAIRE

Selon le projet, le matériel peut changer. Cependant, la base reste la même : un ordinateur, une connexion Internet, une webcam et un vidéoprojecteur qui permet de visionner les échanges en grand écran. L’enseignant peut attribuer une tâche précise à chaque élève et attendre une restitution pour le cours suivant.

Trouver un partenaire

Le plus difficile est de trouver un partenaire fiable et qui veut travailler sur le long terme. Pour trouver un partenaire, j’ai utilisé principalement etwinning. Cependant, j’ai déposé mon annonce sur beaucoup de sites gratuits prévus à cet effet que l’on trouve rapidement sur internet.

De La Courneuve à Malte..... entre deux écrans

Le projet

Depuis plusieurs années, j’ai mis en place avec mes élèves une pédagogie de projet. Ceci permet de réunir diverses compétences tout en ayant un fil rouge tout au long de l’année. Ceci m’a également permis, d’une part, d’intégrer les TICE dans mon enseignement et de réellement faire travailler les compétences du B2i et d’autre part de faire pratiquer la langue en condition réelle en prolongeant le temps de production orale.

Ici, il s’agit d’établir un échange entre deux classes de deux pays européens :

  • France : une classe de 3ème du Collège Jean Vilar à La Courneuve, Académie de Créteil
  • Malte : une classe du même âge du Collège Agius de Soldanis sur l’île de Gozo

Et de placer les élèves en en situation réelle de communication en utilisant les TICE comme outil support.

Le principal objectif de ce projet, est de mettre les élèves en situation de communication authentique.

Les activités mises en place permettent de :

  • Favoriser l’ouverture sur le monde et l’échange culturel 
    En découvrant un pays européen, en découvrant la culture de l’autre et en ouvrant de nouveaux horizons aux élèves.
  • Développer la citoyenneté 
    Lors de sorties pour des séances de travail à la Cité des Sciences et de l’Industrie, les élèves doivent adopter un comportement citoyen dans leurs déplacements, ainsi qu’avec les autres intervenants.
  • Favoriser une communication authentique 
    Le fait de se placer en communication réelle rendent plus concret et plus attractifs les apprentissages pour l’élève. Il prend conscience de l’importance et de son utilité en les mettant en pratique.
  • Favoriser un échange authentique à l’écrit (Compréhension écrite/orale et production écrite/orale) 
    Grâce aux différentes activités, les élèves vont pouvoir pratiquer les 5 compétences langagières, en correspondant avec des élèves de langue anglaise à l’écrit, à l’oral.
  • Favoriser l’interactivité
    Le fait d’avoir un contact et des échanges privilégiés avec un correspondant développe l’interactivité, qui même si elle se pratique en classe, ne peut être remplacée par des échanges réels. Cela demande de reformuler, répéter, poser des questions en temps réel.

Le projet mis en place permet également de :

  • Favoriser la validation des compétences du C.E.C.R.L
    En intégrant la démarche actionnelle et en permettant à chacun un parcours d’apprentissage plus individuel. De plus, on valorise les connaissances de l’élève. 
    Cela permet de gérer l’hétérogénéïté en attribuant une tâche à chaque élève en fonction de son niveau de compétence.

Ici, il s’agit essentiellement des compétences Niveau A2 ou B1

Ces activités permettent de valider des compétences tant à l’oral qu’à l’écrit en production ou en compréhension. A travers ce type d’échange, les élèves peuvent travailler les 5 compétences.

Quelques exemples de compétences que l’on peut valider lors de ce projet :

Compréhension orale

  • A2 : Je peux comprendre des expressions et un vocabulaire très fréquent relatifs à ce qui me concerne de très près (par ex. moi-même, ma famille, les achats, l’environnement proche, le travail).
  • B1 : Je peux comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et s’il s’agit de sujets familiers concernant le travail, l’école, les loisirs, etc.

Compréhension écrite :

  • A1 : Je peux lire des textes courts très simples.
  • B1 : Je peux comprendre des textes rédigés essentiellement dans une langue courante ou relative à mon travail. Je peux comprendre la description d’événements, l’expression de sentiments et de souhaits dans des lettres personnelles.
  • B1 : Je peux faire face à la majorité des situations que l’on peut rencontrer au cours d’un voyage dans une région où la langue est parlée. Je peux prendre part sans préparation à une conversation sur des sujets familiers ou d’intérêt personnel ou qui concernent la vie quotidienne (par exemple famille, loisirs, travail, voyage et actualité).

S’exprimer en continu

  • A1 : Je peux utiliser une série de phrases ou d’expressions pour décrire mon environnement.
  • B1 : Je peux articuler des expressions de manière simple afin de raconter des expériences et des événements qui me concernent.
  • Je peux argumenter mes opinions ou projets.

S’exprimer à l’écrit

  • A1 : Je peux écrire des notes et messages simples et courts.
  • Je peux écrire une lettre personnelle très simple, par exemple de remerciements.
  • B1 : Je peux écrire un texte simple et cohérent sur des sujets familiers ou qui m’intéressent personnellement. Je peux écrire des lettres personnelles pour décrire expériences et impressions.

Ces activités développent l’autonomie et permettent de travailler la compétence pragmatique du C.E.C.R.L

  • Favoriser l’utilisation des TICE et ainsi valider des items du B2i

Quelques exemples des compétences facilement validables en cours de langue et grâce à ce projet.

Domaine 5 : Communiquer, échanger

  • C.5.2 : Je sais ouvrir et enregistrer un fichier joint à un message ou à une publication
  • C.5.3 : Je sais envoyer ou publier un message avec un fichier joint
  • L.5O1 : Je sais paramétrer un logiciel de messagerie pour récupérer mon courrier électronique.
    La liste n’est bien sûr pas exhaustive.
  • Favoriser la mobilité des élèves
    En créant un partenariat, les élèves sont amenés à se déplacer, à sortir de leur environnement et à changer de cadre : partenariat avec la Cité des Sciences et de l’Industrie

La mise en oeuvre

Activité 1 : La première visio-conférence

Le premier contact s’effectue par visioconférence afin d’être au plus proche de la réalité. C’est un choix pédagogique, car il existe de nombreuses façons de faire. 
Les élèves sont ainsi placés en situation réelle de rencontre directe, même s’il s’agit d’une prise de contact par webcam. 
Les élèves n’ont aucune information sur le pays, l’école ou les élèves de Malte. Ils savent juste de quel pays il s’agit, mais ne savent pas où il se trouve par exemple. Ceci pour favoriser les questions entre élèves. 
Les élèves se placent par binôme pour communiquer avec leurs correspondants en binôme également (choix effectué par les deux enseignants).

Les élèves sont amenés à prendre la parole en continu en se présentant à l’oral, donnant des informations sur leur âge, leur famille, leurs goûts, leurs passe-temps….

Dans un 2ème temps, ils présentent également le thème du projet culturel qu’ils ont choisi (exemple : les grandes villes françaises, les transports parisiens, le week-end d’un collégien en France…)

Les élèves échangent quelques questions. Cela se fait de manière spontané.

La préparation en amont en classe est très succincte afin de conserver le naturel et l’authenticité des échanges.
Le timing a été vérifié en classe et une inter-correction a eu lieu entre élèves. Mais lors des échanges, les élèves n’ont sous les yeux que des mots clés.

Pour certains élèves en grande difficulté, ils sont autorisés à se servir d’un support papier avec quelques phrases.

Le travail entre les deux visio-conférences

Activité 2 : Recherche d’informations

Dans un premier temps, les élèves réfléchissent sur le culturel, sur le terme de « culture », clichés/représentations culturelles et réalité ainsi que sur la culture de l’autre, sous forme d’un brainstorming tout d’abord, puis en travaillant sur des documents authentiques mettant en lumière les clichés de la culture française.

Puis, les élèves doivent effectuer des recherches sur internet. Au préalable, l’enseignant donne des conseils méthodologiques. Ces recherches peuvent s’effectuer en français ou en anglais au choix pour l’élève. Cependant, il doit trier et sélectionner l’information. L’important est qu’il respecte la consigne : s’approprier les informations et les reformuler de manière personnelle. Ils doivent également collecter des images illustrant leur sujet.

Ceci peut se dérouler sur une, deux, voire trois séances. Si l’élève n’a pas terminé ses recherches, il les terminera à la maison ou au cdi, lors de son temps libre.

Les recherches s’effectuent principalement grâce à un moteur de recherche, mais également au CDI sur support papier.

Ce travail permet de travailler en équipe de manière concertée et favorise l’entre-aide.

Activité 3 : Réalisation d’un diaporama à thème culturel

Grâce aux informations collectées, l’élève doit réaliser un diaporama avec enregistrement audio.

La prise en main du logiciel (photo récit, téléchargeable facilement et gratuitement, ce qui permettra aux élèves de l’installer chez eux également) prend 15 minutes environ.

Les élèves ont 2 séances pour le réaliser. Bien entendu, cela prend davantage de temps. Les élèves devront terminer le travail chez eux.

Lors de la première séance, sur support papier, ils élaborent un scénario et organisent leur narration. Puis, ils organisent leurs images, mettent un titre sur chaque diapositive.

Lors de la 2ème séance, ils enregistrent leur présentation orale correspondant à chaque diapositive. Ils peuvent s’ils le veulent, ajouter une musique de fond (intégrée au logiciel).

Ce travail met l’élève en situation de prise de parole en continu afin de présenter un thème culturel et/ou de la vie quotidienne.

Les élèves s’enregistrent autant de fois qu’ils veulent. Travail sur la phonologie et l’intonation : ils s’écoutent et peuvent évaluer la qualité de leur présentation et constater si elle est assez « vivante » ou non.

Ce diaporama fera l’objet d’une évaluation, tant au niveau de la qualité de présentation, qu’au niveau de la correction de la langue, de l’efficacité du message et de la phonologie.

Quelques exemples des thèmes qui peuvent être abordés :

  • La géographie physique
  • Statistiques démographiques
  • Création d’un « survival kit » pour un séjour en France
  • Musique
  • Nourriture
  • Activités de loisirs habituelles
  • Les personnes célèbres
  • Les dates importantes de l’histoire
  • Les magazines et livres importants
  • Proverbes
  • Inventions
  • Légendes
  • Poèmes
  • Découvertes
  • Les villes
  • Les paysages
  • Les festivals
  • Les codes culturels

Activité 4 : Échange par mails

L’enseignant fixe des thèmes afin de guider les élèves. Ces mails font l’objet d’une évaluation par le professeur et peut servir de tâche finale pour une séquence. Ils ont un caractère obligatoire et viennent ponctuer les apprentissages de l’élève.

L’élève envoie son mail à son correspondant ainsi qu’à son professeur en cci.

Les échanges se font en fonction d’un échéancier établi conjointement avec le partenraire.

Les élèves sont libres de communiquer avec leurs correspondants tout au long de l’année, en plus de ces mails obligatoires. 
On remarque d’ailleurs que cette forme de communication, proche de la réalité des élèves, les encourage à communiquer. Ils prennent rapidement l’habitude de correspondre soit par chat, soit par mail et restent en contact avec leur correspondant de manière régulière, sans aucun contrôle du professeur.

Le blog comme support de communication et d’échanges

Une des composantes du projet consiste en la réalisation d’un blog commun aux deux pays afin de mettre en ligne les projets culturels des élèves. Nous avons choisi de mettre en place un blog afin que les documents multimédia réalisés par les élèves soient facilement accessibles pour les élèves comme pour les parents.

Des photos prises par les élèves pendant le déroulement des séances de travail et d’échanges par visio-conférence ont été mises en ligne. Il est bien évident que l’autorisation parentale est indispensable et a été demandée pour la publication d’images, de la voix ainsi que des documents.

Le blog permet également de mettre en valeur le travail des élèves qui sont s’autant plus valorisés. Leurs parents peuvent consulter le blog, vérifier les informations communiquées.

Activité 5 : Compréhension et analyse des diaporamas de Malte

Un ou deux diaporamas sont étudiés en classe, comme support de compréhension écrite ou orale suivant les productions des élèves de Malte.

Puis, les élèves doivent se rendre sur le blog, en autonomie, regarder, écouter et comprendre le diaporama de leur correspondant. Ils doivent également préparer des questions sur ce thème, sur des points qui resteraient obscurs, à poser à leur correspondant lors de la 2ème visio-conférence.

Activité 6 : La 2ème visio-conférence

Lors de la 2ème visioconférence, les élèves se posent des questions sur les sujets abordés dans les diaporamas.

Les élèves prennent des notes, ce qui fera l’objet d’une restitution d’informations en classe lors des prochaines séances de cours.

Activité 7 : Les visio-conférences hors projet

A certains moments de l’année, d’autres visio-conférences sont organisées, au minimum deux autres.

Une, qui fera l’objet d’une préparation spécifique en classe : lors des fêtes de fin d’année. Les élvèes échangent sur la façon dont ils célèbrent la fin de l’année civile, Noël…

Une autre, qui sera une communication réelle sans thème particulier, sans préparation particulière. Cependant les élèves doivent réfléchir au préalable sur ce qu’ils veulent aborder. Les élèves seront en situation de communication réelle et pourront s’exprimer de manière libre en présence du professeur.

Impact sur les apprentissages

Utiliser la visioconférence de manière ponctuelle mais régulière permet de dynamiser le cours et de faire prendre conscience aux élèves de l’utilité de leurs apprentissages en cours de langue. Le projet sera une sorte de fil rouge tout au long de l’année et les séances en salle d’informatique et visioconférence viendront ponctuer l’enseignement réalisé dans une salle de classe « banale ».

Dans le cadre d’une classe de 3ème, ce qui semble le plus approprié, est de baser le travail sur un projet culturel. Il faut que les partenaires trouvent un intérêt commun afin de pouvoir échanger à long terme. Pour organiser ce type de projet, il faut de la rigueur : afin de se tenir à un échéancier précis, préparer les séances de visioconférence et tout simplement parce que cela implique des êtres humains.

Ce projet motive énormément les élèves.

On remarque que les élèves en très grande difficulté produisent davantage lorsqu’il s’agit de communication réelle. Ils fournissent davantage d’efforts. Il y a un impact réel sur l’implication des élèves en classe : la qualité et la fréquence de la participation orale.

On note également des des progrès et une attention accrue en ce qui concerne la phonologie, puisque les élèves ont pris conscience que pour être compris, il ne s’agit pas seulement de pouvoir faire des phrases.

Vous pouvez retrouver le projet et les productions des élèves à l’adresse suivante :

http://www.cite-sciences.fr/blog-education-jeanvilar/2008/non-classes/


Claire Névot