Anglais @ Créteil

Le numérique pour intégrer du travail individuel à distance au projet pédagogique

22 / 02 / 2016 | Philippe LELONG

Cadre de l’expérimentation :

2 classes de 3°
Collège Anatole France 93 Les Pavillons sous Bois
Philippe Lelong philippe.lelong@ac-creteil.fr 

Activités langagières :

  • de réception : Compréhension Orale 
  • de production : Production Orale – s’exprimer oralement en continu

Objectifs :

  • Multiplier les moyens d’accès à des sources primaires, permettant à l’élève de consolider ses repères culturels. 
  • Multiplier les approches et les occasions de mettre l’élève en contact avec des documents authentiques 
  • Augmenter le temps d’exposition à la langue 
  • Faire lire, écouter, visionner des documents en autonomie, en dehors des heures de cours 
  • Faire produire des documents oraux individuellement 

Supports :

  • Une page en ligne créée pour la classe en début d’année. Cette page est le point de départ de toutes les activités numériques menée avec les élèves, elle est gérée à distance par le professeur qui l’enrichit à l’occasion de chaque activité nouvelle. En cours, elle gagne du temps : une seule adresse sert de portail tout au long de l’année.

Comme elle est en ligne, elle est également accessible en dehors de la classe, depuis le CDI ou le domicile des élèves. Ce qui permet de prolonger hors cours individuellement les activités abordées en classe ou d’en proposer d’autres.

Cette page comporte également un lien vers une adresse mail pour pouvoir envoyer directement des documents : texte, enregistrement sonore en pièce jointe au professeur. 

  • Les outils multimédias les plus répandus chez les élèves : ordinateurs connectés à Internet, téléphones portables qui permettent l’écoute, l’enregistrement et la diffusion de documents audios.

Projet 

Production Orale en continu enregistrée / 3° 

Objectif : entraînement à la prise de parole en continu en 3 étapes

1.Imitation d’un modèle imposé (30’’) / En Classe 

Enregistrement des 10 premiers vers d’un poème (Little Red Riding Hood and the Wolf – Roald Dahl) que les élèves peuvent à la fois lire et écouter, lu par l’auteur, à partir du site poetryarchive.org.

Cette première étape d’imitation permet de régler les problèmes techniques de manipulation de l’outil mais surtout de focaliser l’attention des élèves sur ce que peut leur apporter cette activité pour améliorer leur production orale. C’est pourquoi il est important qu’elle se déroule en classe, en salle informatique.

La maîtrise de l’outil ne doit pas être un obstacle ; le plus simple, c’est le magnétophone de Windows, disponible gratuitement sur tous les ordinateurs sans installation nouvelle. En une séance tous les élèves savent s’en servir et une aide en ligne reste disponible sur la page web de la classe. Tout élève peut donc ensuite réutiliser cet outil en autonomie. C’est un base commune, aucun outil ne leur est cependant imposé, ils restent libres d’utiliser d’autres logiciels, leur baladeur mp3, leur téléphone s’ils le souhaitent.

Les consignes aux élèves insistent d’abord sur l’écoute. Au casque plutôt qu’au haut parleur, pour chacun plutôt que pour tous. L’élève dispose d’un magnétophone numérique, il peut donc, à volonté, isoler, réécouter les passages qui lui posent problème, s’écouter, comparer, se réenregistrer. C’est l’utilisation de ce potentiel qui fait toute la différence avec une activité de compréhension orale menée avec le groupe classe et permet un véritable entraînement individualisé. Il n’est pas naturel et parfois déstabilisant de réécouter l’enregistrement de sa propre voix, surtout avec un objectif d’autocorrection. La tentation pour l’élève, est d’écouter puis de s’enregistrer une seule fois. Ors la première version n’est jamais meilleure et l’outil permet de recommencer à volonté. C’est une condition indispensable pour faire de cette activité un entraînement efficace, il faut donc en convaincre les élèves en encadrant la découverte de l’activité en classe. 

Cette première étape en classe permet aussi au professeur de mieux diagnostiquer les problèmes qui se posent à chacun et d’individualiser les aides et les conseils : insister sur l’interprétation, les choix du lecteur pour les élèves les avancés. Pour ceux qui ont des difficultés à entendre les nuances, à mémoriser les accents, le schéma intonatif, proposer une stratégie de fragmentation de l’écoute, puis de l’enregistrement.

On peut également insister sur l’association graphie/phonie. Chaque élève peut copier/coller le texte sur une page de traitement de texte, passer les mots accentués en caractères gras, aller à la ligne à chaque pause, surligner les mots difficiles à prononcer … 

Cette étape est un entraînement où le professeur s’attache à donner des techniques transférables hors classe, hors de sa présence.

Il est cependant difficile de mener à bien une activité individualisée au milieu d’un groupe nombreux : problèmes de bruit, de concentration. On peut proposer aux élèves volontaires de reprendre l’exercice en autonomie, en dehors du cours et de faire ensuite parvenir au professeur leur document sonore par mail ou de l’apporter en classe sur un baladeur ou une clé USB. Procédure utilisée dans les étapes suivantes.

 

2. Enregistrement d’un document choisi (40’’) / Hors Classe 


Lors de cette 2° étape, l’élève choisit lui même le document qu’il enregistre mais il n’en est pas l’auteur. Il est tenu de fournir au professeur les références l’enregistrement original et le script numérisé. Il dispose d’un délai assez long pour permettre des échanges, une aide, des suggestions du professeur et son approbation quant au contenu du document.
Il s’agit de transférer l’activité réalisée en classe lors de la 1° étape en une activité autonome, en dehors du cours. 

C’est l’occasion pour l’élève d’écouter de l’anglais, pour choisir son document (le professeur peut proposer quelques sources pour diversifier ce choix. ). Tout le travail se concentre sur la production de la langue orale. Il peut se faire à la maison ou au CDI, individuellement ou entre camarades, mais chacun doit enregistrer son document à une seule voix. 
La copie numérique du texte sera utilisée, annotée par le professeur pour une correction écrite individualisée qui pourra donner lieu à un nouvel enregistrement si l’élève est volontaire.

 

3. Enregistrement d’une prise de parole personnelle (60’’) / Hors classe 


Les élèves familiarisés avec l’outil et entraînés à reproduire un document oral en continu doivent transférer la technique pour s’exprimer en continu pendant une minute.
 
 Sur la forme, il convient de montrer les spécificités de la prise de parole, en étudiant quelques extraits de vidéos (speeches, home movies …) en classe. Un travail sur l’expression à partir de notes, sur les gapfillers semble important pour permettre à l’élève de se dégager du texte lu et de passer de la reproduction à l’expression personnelle.
 
Sur le fond, les élèves présentent leur sujet à l’avance ceux qui le souhaitent peuvent aussi soumettre leurs notes avant enregistrement et bénéficier de conseils supplémentaires. 
Les thèmes abordés en cours à partir du manuel peuvent servir de base aux élèves qui manquent d’idées, de vocabulaire ou de référence culturelles, cependant il est important que les élèves puissent choisir ce qui leur tient à coeur.
    
Pour crédibiliser cette étape il serait souhaitable d’adresser cette prise de parole à de véritables interlocuteurs, dans le cadre d’un projet d’échanges multimédia avec des correspondants anglophones par exemple.

 

Observations sur le déroulement de l’expérience

  • En présentant des outils simples et accessibles à tous en classe, en laissant les élèves choisir leur outil pour l’écoute et l’enregistrement selon le matériel dont il disposent, les obstacles techniques deviennent secondaires et le projet tout à fait réalisable sans investissement particulier, ni prêt de matériel.
  • Les élèves se rendent compte que les appareils qui accompagnent leurs loisirs au quotidien peuvent aussi les aider à pratiquer la langue.
  • Un assez long délai (3 semaines pour ce projet) et des relances régulières en cours laissent aux élèves du temps pour s’organiser, échanger. Des regroupements se sont créés, certains ont utilisé leur mail pour envoyer les fichiers de camarades qui n’en avaient pas, d’autres sont allés enregistrer chez des camarades. Au final les élèves se sont beaucoup plus investis dans ce travail qu’à l’ordinaire.
  • Une élève a spontanément filmé sa présentation, ce qui était très intéressant. En s’adressant à la caméra, on retrouve naturellement un interlocuteur et une situation de communication plus authentique.